Nous avons répondu à cette question durant le Grand Meeting du 6 mai. Notre réponse ? Il ne peut y avoir d’économie sans écologie. Durant notre mandat : nous souhaitons accompagner la transformation écologique de nos activités économiques, leur relocalisation et leur résilience. Encourager les bonnes pratiques des entreprises par l’incitation et les conditionnalités écologiques et sociales.

Voici les réponses que nous apportons à ces questions essentielles au développement économique de notre région.


2 Milliards d’€ d’investissement pour la transformation

Démocratiser :

Une évolution forte comme celle que nous proposons ne peut se faire sans les gens. Comme dans les autres domaines, sur le volet économique, nous ferons avec les chefs d’entreprises, avec les acteurs économiques et avec les salariés car nous savons que c’est avec tous que nous pourrons avancer.



Comment réussir cette transition écologique ?

Nous expérimenterons un Revenu de Transition Écologique et Solidaire par la création d’une Coopérative Régionale en partenariat avec des entreprises et associations de l’Économie Sociale et Solidaire comme Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée et les structures d’Insertion par l’Activité Economique.


Quels sont les domaines que nous pouvons développer ?

Circulariser

Nous ferons de l’économie circulaire une priorité des politiques économiques, d’innovation et de recherche. Développer l’innovation basée sur l’éco-conception, l’achat responsable, le réemploi, le recyclage, la mutualisation des outils, l’économie de la fonctionnalité… Renforcer le rôle de l’Économie Sociale et Solidaire pour innover et expérimenter dans ces domaines.

Priorité au commerce de proximité. Dans les centres-villes, les centres-bourgs et les quartiers, renforcer l’accompagnement des commerçant.e.s (groupements d’achats, gestion collective d’emplois saisonniers, animations autour des savoir-faire artisanaux et de la gastronomie…).

Nous accompagnerons les initiatives d’entrepreneurs locaux basées sur l’éthique, l’écologie, le maintien de l’emploi local comme “Artisan socialement responsable”.



Comment créer de nouveaux emplois ?


Relocaliser

Nous soutiendrons les « territoires fabricants » pour relocaliser l’économie en créant des manufactures partagées pour les artisan.e.s, les technologies low tech, les pratiques numériques innovantes (Fablab)…

Avec Dev’up, nous mobiliserons et mettrons en réseau les 400 développeurs.euses économiques des collectivités et associations de notre région pour les associer et les former aux transformations écologiques et sociales.

Nous développerons des outils de sécurisation pour les entreprises comme les monnaies interentreprise et locales.



Quel avenir pour l’industrie ?

Réparer les dégâts et construire l’avenir

Nous souhaitons créer des contrats de conversion écologique à l’échelle des filières industrielles. Un outil de transformation, d’adaptation et d’anticipation pour engager un travail avec les filières fragilisées, de diagnostic, de conseil en ingénierie stratégique, de préservation des savoir-faire, d’orientation de la formation continue, d’innovation et de recherche et développement.Nous souhaitons également massifier les pratiques d’écologie industrielle et territoriale (EIT) : coopération des entreprises autour de leurs flux matières, énergie, services.


Quelles conditionnalités pour les entreprises ?


Nous accompagnerons l’évolution écologique et sociale des entreprises par la mise en place de conditionnalités des aides économiques sur la base de critères sociaux, d’égalité et d’écologie (exigence d’égalité salariale femmes-hommes, application stricte du code du travail, pas de recours au travail détaché, démocratie interne…).