Nous, citoyens·ennes des territoires de la Région Centre-Val de Loire, nous adhérents·es de formations politiques, appelons toutes celles et ceux qui souhaitent voir notre région réussir sa transition à nous rejoindre pour amplifier le mouvement déjà à l’œuvre. Soyons encore plus nombreux et nombreuses, poussons les murs et les habitudes, osons nous retrouver et porter le meilleur visage de l’humanité, celui de la coopération, de la solidarité, de la convivialité et de l’action collective.



Les élections régionales se dérouleront les 20 et 27 juin 2021.

Le contexte est inédit : aux crises sociales, démocratiques et climatiques s’ajoute la pandémie de la COVID-19. Cet épisode a révélé l’extrême vulnérabilité du monde dans lequel nous vivons.

Nos activités humaines, en particulier nos activités économiques, sont soumises à une épreuve sans précédent. Le modèle sur lequel elles reposaient ne peut tenir.

Nous devons changer notre modèle économique, productiviste, basé sur l’exploitation sans limites de nos ressources naturelles, et transformer nos activités pour qu’elles puissent être capables de s’adapter à de tels chocs. La Région est la bonne échelle pour accompagner ce mouvement.

Pour réussir, nous devons rassembler. Notre engagement se construit avec cette idée d’un chemin collectif. Il est également le souffle d’une radicalité assumée, qui n’oppose pas les « petits pas » aux « grands pas », ni l’action individuelle à l’action collective, mais qui les articule.  Nous portons ces convictions solidairement, sur ce chemin de transmission qui fait la force des écologistes.

1- La transformation écologique

Nous voulons une transformation écologique de la société au bénéfice de toutes et tous, nous voulons contribuer avec détermination à la réduction des inégalités sociales. Notre projet allie écologie et justice sociale, il n’y a pas d’autres voies.

L’urgence climatique nous impose de réduire collectivement les émissions globales de GES de 50% à l’horizon 2030 et de 85% en 2050.Les scientifiques nous rappellent l’urgence à agir. Les experts du GIEC ont calculé la quantité de CO² que nous avions collectivement le droit d’émettre au maximum, pour ne pas aller au-delà des +2°C qui provoqueraient une transformation incontrôlable des grands équilibres terrestres. Cela nous oblige à mettre les politiques publiques au diapason de l’accord de Paris. Ce n’est pas une option, c’est une absolue nécessité.

Les grands équilibres de la nature sont attaqués par un mode de développement mortifère. Toutes les limites des ressources disponibles sont atteintes et souvent dépassées. L’érosion de la biodiversité est en passe de
rompre nos liens avec le vivant.

Dans le même temps, nous constatons le creusement vertigineux des inégalités sociales et l’accroissement de la pauvreté. La crise de la COVID-19, conjuguée aux réformes d’un gouvernement libéral qui encourage une économie ayant la croissance comme seul objectif, accentue les précarités. Précarité de l’emploi, précarité des salaires et notamment des « premiers de corvée », précarité dans l’accès au logement, aux services publics ou encore précarité énergétique : les signaux sociaux sont tous au rouge. L’augmentation du nombre de personnes au RSA et la perspective d’un taux de chômage à 11% ajoutent de l’incertitude. Les mouvements sociaux depuis plusieurs années et la crise des gilets jaunes sont les symboles de la dégradation des conditions de vie, ils témoignent d’un malaise social grandissant et explosif.

Une part grandissante de la société est prête à un changement profond de notre modèle économique, de nos modes de vie et de consommation. Cette perspective positive, dont nous avons pu observer les balbutiements lors du confinement, se traduit dans les territoires par de multiples initiatives citoyennes qui sèment les graines du changement ou le concrétisent.

Nous devons urgemment engager la conversion de nos activités économiques avec pour boussole l’utilité sociale et écologique. Economie, formation professionnelle, mobilités, aménagement du territoire… 

respect_territoire_habitants

2- La solidarité et la démocratie

Nous voulons agir dans les territoires et par la démocratie, seule voie possible pour améliorer nos vies. Nous sommes la chambre d’écho politique des mouvements citoyens, notre liste incarnera leurs aspirations et placera la transformation sociale et écologique au cœur de son projet.


Changer le monde oui, mais avec les gens : c’est par la voie d’une démocratie réenchantée que ces changements majeurs seront compris, adaptés et réussis. C’est une démocratie dite “permanente” : elle se concrétise partout et tout le temps.


La convention citoyenne pour le climat a montré à quel point l’innovation démocratique était possible et souhaitable. Les propositions finales sont très proches de celles portées par les écologistes, et pour cause : les citoyennes et citoyens ont été informé-e-s et formé-e-s et ont pu prendre la mesure des changements justes et nécessaires. La Région Centre-Val de Loire a elle aussi mis en place durant le précédent mandat des panels de citoyens tirés au sort, ainsi qu’une COP régionale, sous l’impulsion des élus écologistes. Cette COP régionale lancée en 2019 vise à massifier le passage à l’action pour mettre en oeuvre des solutions au niveau local. Nous voulons encore aller plus loin.


70% de la lutte contre le changement climatique et la destruction de la biodiversité se joue au niveau local : les politiques des transports, de l’alimentation, de l’économie portent la responsabilité de contribuer à la
diminution drastique des gaz à effet de serre. Les collectivités locales, et en particulier la Région, ont en main ces compétences. Changer la donne, c’est aussi changer de méthode. Nous souhaitons construire une dynamique à travers de nouvelles pratiques, illustrant ainsi notre de souhait de changer la gouvernance.


La Région Centre-Val de Loire est en fait un archipel de territoires, un ensemble de réalités diverses qu’il faut prendre en compte et unies par des liens de coopération et un destin commun. Les territoires sont l’échelle du lien et du faire, le lieu de fabrication des communs, l’espace de congruence entre les écosystèmes et leurs habitant-e-s. Habiter, travailler, manger, se déplacer autrement, les changements s‘opèrent à cet échelon. Nombreuses sont les personnes et les initiatives qui, dans nos territoires, incarnent le nouveau modèle nécessaire. Elles portent en elles un souffle d’espoir.

3- Pourquoi la région Centre-Val de Loire ?

La Région dispose des leviers essentiels pour accompagner ces changements :

Elle peut accompagner les activités économiques (artisanat, agriculture, productions, tourisme, services…) pour qu’elles soient résilientes, écologiques et socialement justes, imaginer des solutions innovantes pour faire face aux inégalités, réaffirmer la proximité comme pilier de la qualité de la vie, proposer un avenir qui garantisse l’égalité des territoires et qui réinvente un modèle pour les territoires ruraux, les périphéries et les quartiers populaires, agir pour la santé en affirmant enfin l’enjeu de prévention et l’accès aux soins…


Nous sommes déterminés à réorienter les politiques régionales pour une action concrète :

· Pour améliorer la vie quotidienne grâce à des transports plus accessibles et non polluants, à des logements rénovés et plus confortables, ou encore à travers la qualité des repas servis tous les jours aux lycéennes et lycéens.
· Pour garantir l’égalité des territoires, en retissant le lien social, culturel, en recréant des circuits-courts véritablement écologiques, en se donnant comme objectif l’autonomie alimentaire à proche horizon.
· Pour proposer des emplois plus proches des bassins de vie, qui font de la qualité de vie au travail une exigence et de l’utilité sociale et écologique une préoccupation constante. Nous voulons accompagner les filières qui s’engagent sincèrement dans la transformation écologique et dans la relocalisation : artisanat, agroécologie, économie sociale et solidaire, économie circulaire, etc.
· Pour faire vivre une démocratie permanente, pour associer les citoyens et citoyennes aux décisions, favoriser le débat public et la capacité délibérative permettant de construire collectivement, en toute connaissance des décisions, et faire avancer par ce biais l’égalité femme-homme.


Les chantiers ne manquent pas et pas un seul ne peut se construire sans mobiliser les territoires et leurs habitants.

Le retrait progressif des services publics de nos territoires interpelle directement le politique tout autant que le fonctionnement de notre démocratie. Toutes les mobilisations qui en découlent aspirent à « faire autrement » pour être en mesure de relever ces défis, tout en gardant la capacité à vivre ensemble et à garantir la justice sociale. Elles sont un puissant lobby citoyen.


En Région Centre-Val de Loire, nous appelons à construire un rassemblement autour de dynamiques citoyennes écologistes et solidaires qui ouvrent la perspective fondamentale de la réponse à l’urgence climatique, du renouvellement de la politique et de la prise en compte de la diversité des territoires et des gens qui y vivent.


Il s’agit de constituer un arc écologiste et humaniste de la transformation nécessaire.

Cette dynamique de rassemblement a d’ores et déjà débuté avec le lancement partout dans la région de comités d’initiative citoyenne (plus d’une vingtaine au total déjà au travail, rassemblant des centaines de citoyens engagés). Ces femmes et ces hommes s’impliquent pour concevoir et mettre en oeuvre la transition écologique et sociale de leurs territoires et pour construire des propositions ancrées dans leurs réalités quotidiennes. Ils seront aussi les figures de cette incroyable dynamique collective alliant citoyens·enne engagés·es, forces politiques et acteurs des territoires.


Nous citoyens·ennes, militants associatifs et politiques déjà engagés·es dans cette démarche, appelons celles et ceux qui en partagent les fondements et les valeurs à nous rejoindre dans chaque territoire et à amplifier la dynamique. Nous pouvons nous former ensemble, construire collectivement notre avenir, jouer collectif pour relever tous les défis de notre époque et faire de notre région un laboratoire des transformations réussies, animatrice et chambre d’écho de ce que beaucoup font déjà ou aimeraient faire pour changer radicalement notre monde. Nous pouvons ainsi rendre la transformation écologique et sociale accessible à toutes et tous, désirable et surtout bénéfique collectivement et socialement plus juste.